AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Catastrophe minière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
NASSAU
Coprolithe de térébratule


Nombre de messages : 834
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Lun 4 Mai 2015 - 14:28

merci
tant qu'il y aura des gens pour transmettre ces témoignages, la mémoire et l'histoire resteront vivants.
Tous cela est très important.
Revenir en haut Aller en bas
Baleine Jean-Claude
Utahraptor nain


Nombre de messages : 1411
Age : 66
Localisation : Neufvilles. Hainaut. Belgique
Date d'inscription : 19/05/2012

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Jeu 9 Juil 2015 - 12:27



Hymne des mineurs
Revenir en haut Aller en bas
christo59
vieux fossile


Nombre de messages : 1014
Age : 57
Localisation : Hainaut, Belgique
Date d'inscription : 23/02/2013

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Jeu 9 Juil 2015 - 21:22

Magnifique et émouvant
Revenir en haut Aller en bas
Baleine Jean-Claude
Utahraptor nain


Nombre de messages : 1411
Age : 66
Localisation : Neufvilles. Hainaut. Belgique
Date d'inscription : 19/05/2012

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Sam 8 Aoû 2015 - 10:12

Ce 8 août ,la catastrophe du Bois du Casier à Marcinelle il y a 59 ans.
Les sauveteurs.

Je rends hommage à ses valeureux hommes qui n'hésitèrent pas à intervenir parfois à plusieurs reprises pour sauver des camarades et malheureusement retrouver et remonter de nombreuses victimes
Je laisserai simplement un article sur le récit d'un sauveteur qui a connu l'enfer lors de cette catastrophe

Agrandir le texte pour une bonne lecture.

C'est en 1905 que fut posé pour la première fois le principe de l'organisation d'une centrale pour le sauvetage minier.
La première station de sauvetage fut édifiée à Frameries,formation du personnel de sauvetage qui se composait exclusivement d'ingénieurs et d'ouvriers volontaires recrutés dans les charbonnages,où ils exercaient leurs activités indépendamment de la centrale,mais restaient appelables à tout moment.
Ils devaient justifier d'une moralitéet d'une conduite  parfaites en plus des qualités physiques et professionnelles indispensables.
Ceux-ci, il faut le souligner n'étaient admis aux séances d'entraînements qu'après avoir subi une visite médicale très sévère,motivée par les efforts importants réclamés lors des interventions.

L'ensemble des ses activités et les nombreux services rendus au monde du travail font aujourdhui que la centrale de Marcinelle et sa devise << SERVIR C'EST GRANDIR>> resteront à tout jamais gravés dans l'histoire du travail de la mine.
Revenir en haut Aller en bas
christo59
vieux fossile


Nombre de messages : 1014
Age : 57
Localisation : Hainaut, Belgique
Date d'inscription : 23/02/2013

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Dim 9 Aoû 2015 - 15:16

Quel cran!
Revenir en haut Aller en bas
un ange qui passe
Bivalve evolué


Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 31/08/2015

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Lun 31 Aoû 2015 - 14:03

Cette catastrophe fût terrible et c'est souvent celle qui est citée à cause du nombre très important de décès.On parle peu du puits du Péchon à Couillet non loin de là qui a pourtant aussi un triste passé avec ses 4 mineurs décédés et 6 disparus.Lors d'une sortie Géocaching aux pieds de ces deux gardiens du passé, on ne peut qu'avoir une pensée émue pour tous ces hommes qui se sont tués à la tâche.
je vous laisse un lien sur le sujet Smile

http://minedhistoires.org/2012/06/14/un-accident-rare-au-puits-du-pechon-de-couillet/
Revenir en haut Aller en bas
christo59
vieux fossile


Nombre de messages : 1014
Age : 57
Localisation : Hainaut, Belgique
Date d'inscription : 23/02/2013

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Lun 31 Aoû 2015 - 19:52

Lien intéressant, les photos "avant" - "après" sont très parlantes,

Merci Claudine

PS : un deuxième membre mordu de charbonnages : Jean-Claude et Claudine, les deux font la paire!
Revenir en haut Aller en bas
Baleine Jean-Claude
Utahraptor nain


Nombre de messages : 1411
Age : 66
Localisation : Neufvilles. Hainaut. Belgique
Date d'inscription : 19/05/2012

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Lun 31 Aoû 2015 - 20:20

Merci Claudine pour ce lien très intéressant.
En réponse à Christophe,
j'espère que nous formerons un beau duo.

JiCé.
Revenir en haut Aller en bas
un ange qui passe
Bivalve evolué


Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 31/08/2015

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Lun 31 Aoû 2015 - 20:51

Merci à vous deux Smile

Comment ne pas être passionnée par ce passé, j'ai grandi à quelques mètres d'un charbonnage, il était juste devant ma maison, c'était le Saint Théodore de la rue de Jumet à Dampremy, malheureusement, il a été rasé Sad reste juste les terrils...Mon père a été mineur, il avait 14 ans quand il est descendu dans le trou comme il l'appelait.
J'ai des photos personnelles récentes du Péchon, peut-on les poster sur le forum ?
Revenir en haut Aller en bas
Baleine Jean-Claude
Utahraptor nain


Nombre de messages : 1411
Age : 66
Localisation : Neufvilles. Hainaut. Belgique
Date d'inscription : 19/05/2012

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Mar 1 Sep 2015 - 9:00

Hello Claudine,

Toutes documentations anciennes ou récentes seront les bienvenues sur le forum.
Nous attendons donc ces photos du Péchon.

Revenir en haut Aller en bas
un ange qui passe
Bivalve evolué


Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 31/08/2015

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Mar 1 Sep 2015 - 9:40

Merci Jean-Claude !



Dernière édition par un ange qui passe le Mar 1 Sep 2015 - 12:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Baleine Jean-Claude
Utahraptor nain


Nombre de messages : 1411
Age : 66
Localisation : Neufvilles. Hainaut. Belgique
Date d'inscription : 19/05/2012

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Mar 1 Sep 2015 - 10:19

Magnifiques photos Claudine

Ces chevalements sont vraiment beaux et bien conservés.
Je ne connais pas l'endroit ,j'essayerai de m'y rendre un jour.

Peux-tu transferer ces photos dans la rubique le patrimoine minier afin d'avoir une suite logique
Merci.
Revenir en haut Aller en bas
un ange qui passe
Bivalve evolué


Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 31/08/2015

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Mar 1 Sep 2015 - 12:36

Merci beaucoup Jean-Claude Smile j'ai ouvert un nouveau post

Les photos auraient pu être plus belles, mais je n'ai pas voulu risquer mon reflex car cet espace est interdit, donc pour y arriver ce fût un peu fastidieux...je te raconte pas les piqûres d'insectes énormes et les griffes sur les bras LOL
Revenir en haut Aller en bas
Baleine Jean-Claude
Utahraptor nain


Nombre de messages : 1411
Age : 66
Localisation : Neufvilles. Hainaut. Belgique
Date d'inscription : 19/05/2012

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Jeu 5 Nov 2015 - 10:12





3 dessins parus dans une ancienne revue <<l'illustration>>
Revenir en haut Aller en bas
Baleine Jean-Claude
Utahraptor nain


Nombre de messages : 1411
Age : 66
Localisation : Neufvilles. Hainaut. Belgique
Date d'inscription : 19/05/2012

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Jeu 3 Déc 2015 - 10:50

La catastrophe du Fief de Lambrechies
Pâturages le mardi 15 mai 1934.

Coups de grisou en 1929 6 morts.
Le 15 mai 1934,à la profondeur de 821 mètres,35 mineurs sont tués par un premier coup de grisou d'une rare violence.
Deux jours plus tard,alors que les sauveteurs et le directeur sont au fond pour essayer de secourir et de remonter des victimes ,survient un deuxième coup de grisou qui tue 22 de ces malheureux.
Pour éteindre le violent incendie,on sera obligé de noyer le puits et de le remblayer et d'y abandonner 32 victimes
Pâturages - La catastrophe du Fief de Lambrechies

Mardi 15 mai 1934.

14 heures
Le trait de l’après midi prend place dans les cages pour se rendre aux divers travaux souterrains.
Le va-et-vient incessant du rudimentaire ascenseur emporte 150 mineurs vers les profondeurs de la mine.
Ce poste de l’après- midi pratique l’abattage du charbon dans les tailles ainsi que le remblayage dans d’autres tailles.
18 heures
Etage 821.
L’inspecteur ouvrier , accompagné du chef porion du matin passe dans les travaux :rien à signaler. La température est supportable, l’air bien ventilé. On note à peine un très faible % de grisou. De grandes précautions sont cependant prises pour le travail, car sous le toit court un sillon de charbon contenant du grisou.
Le charbonnage est classé grisouteux et l’emploi d’explosifs est interdit.
19h 45’.
Le trait tire à sa fin .Soudain une sourde détonation avec brusques variations de courant d’air émeut 2 ouvriers occupés à l’étage 650.
L’un de ces hommes court vers le puits , sonne la <<gayolle>> et se fait descendre à 850 m.
Une âcre atmosphère d’oxyde de carbone le prend à la gorge. Sans hésiter et au mépris du danger, il se hasarde dans le bouveau dévasté ,mais la gorge brûlée par  les mortelles émanations il rebrousse chemin et porte l’alarme à la surface.
Un autre mineur se trouvant à l’accrochage a été projeté dans l’eau du puits et bien que portant de nombreuses brûlure il tente de porter secours à la galerie sinistrée mais pas moyen d’avancer la fosse était en feu.
A la surface , l’heure de la relève approche ,les hommes du trait suivant attendent.
Soudain, une déflagration secoue les environs , un nuage de poussière jaillit du puits. Tous  ont compris …le grisou …ils se précipitent vers le puits … les appels téléphoniques restent sans réponse. Bien vite les secours s’organisent en vue du sauvetage.
Quand l’équipe de secours arrive à l’étage 821, en pénétrant dans la veine elle découvre dans un wagonnet un corps recroquevillé qui flambe,il faut jeter de l’eau pour l’éteindre .Plus loin les sauveteurs dégagent un mineur dont le poinçon de son marteau –pic lui traverse la poitrine.
Entre temps d’autres sauveteurs partaient en reconnaissance vers les vallées d’entrée d’air.
Des portes étaient complètement arrachées et projetées vers le puits.
La lampe Marsaut s’éteint dans le grisou ,le détecteur d’oxyde de carbone détecte 3/1000 et seuls des sauveteurs munis d’appareils respiratoires peuvent s’avancer dans le bouveau,ils ramèneront 2 cadavres.
3 heures le mercredi 16 mai 1934.
Depuis la veille 23h30’ aucun corps n’a plus été remonté.
Il y a maintenant 11 cadavres alignés dans les bains- douches, deux ne sont pas identifiés.
Au fond les sauveteurs s’acharnent , un seul but ramener les corps aux parents qui les réclament.
La mine n’est pas en feu, mais sous les masses de terre effondrées ,il est là tapis…la chaleur est intolérables…il est impossible de découvrir un corps encore vivant…
3h30’
On remonte un 12°m corps qui ressemble à une bûche mi –consumée.
6h20’
Une équipe de sauveteur munis d’appareils spéciaux  arrive en renfort ,ils viennent de la fosse de Ressaix.
8h30’du matin,
Des bruits sourds sont attribués à des éboulements .
A 821m le déblaiement se poursuit, car dans la veine se propage le feu.
Les sauveteurs qui sortent ruisselant de la fosse rapportent de terribles nouvelles ,il ne s’agit pas de dégagement lent de grisou provoquant la mort lente par asphyxie ,mais du vrais coup de grisou ,explosion suivie de< <flamme>> à 1500° qui grille les poumons .
17h,
13 cadavres ont été remontés,deux n’ont pu être identfiés.
18h,
La remonte est suspendue par suite d’éboulements .
Jeudi 17 mai,
7h,
Un jeune sauveteur a retiré 2 corps il retournera accomplir sa mission sans écouter sa jeune femme qui le supplie de rester à la maison.
10h15’
Une cage descend une équipe de sauveteurs mais à l’étage 821, une nouvelle explosion ,un second coup de grisou vient de se produire.
10h20’
L’explosion a entraîné de nouveaux éboulements et des nuages de poussières.
Des sauveteurs de Ressaix sont gravement atteints et leur état est désespérés et une autre équipe située au fond du puits sera entièrement décimée.
Les sauveteurs qui se trouvaient dans la cage descendante arrivent dans l’infernale veine.
Dans des nuages de poussières parmi les éboulis, des corps jonchent la mine pêle- mêle.
Ils s’emparent des blessés, ils réussissent  à relever 10 corps.
Il restait 12 hommes dans la mine ,outre les 23 victimes enfouies depuis mardi soir on ignore leur sort .
10h30’
En dépit de sa femme qui s’accroche littéralement a lui pour l’empêcher de descendre un chef d’équipe prend place dans la cage de descente pour porter secours à ses compagnons.
11h
Une émotion intense plane sur la foule accrochée aux grilles de charbonnage et s’efforce de rester calme.
Sur le <<damache>> ,5 sauveteurs enveloppés dans des couvertures ,noirs de poussière échangent de rares impressions.
Un brûlé ,mortellement blessé ,et malgré ses plaies se lève se dirige vers la cour où il s’affaisse,épuisé,masse de chair grillée.
11h30’
Des hommes veulent encore descendre pour sauver si possible des camarades mais on leur interdit, pas pour longtemps.
11h45’
N’y tenant plus une équipe de sauveteurs descend dans la veine et  bien vite remontent épouvantés. La mine est pleine de fumée impossible de respirer.
13h30’
Un impossible, un incroyable appel de sonnerie venant du fond…un homme est vivant…il appelle aussitôt les sauveteurs se précipitent dans la cage …lorsqu’elle revient à la surface ,en sort un mineur haletant ,la poitrine secouée de spasmes ,les yeux révulsés,il ne peut donner que de vagues explications sur l’endroit possible où trouver des victimes.
14h30’
Ainsi donc un être vivant avait pu se manifester. Les sauveteurs décident de descendre à nouveau. Elle s’attardera, on commence à s’inquiéter mais enfin à 4h30’ la sonnerie retentit et la cage remonte avec le cadavre d’un sauveteur qui était retourner pour la deuxième fois dans la fournaise.
Tout porte à croire que la puissance explosive du grisou accumulé dans la taille augmente sans cesse une nouvelle explosion risque de se produire.
17h30’
En raison du danger que présente le sauvetage et aucun corps n’étant plus reperé ,
On décide que le travail sera abandonné. On inondera la mine ou bien on fera des serrements.
19h
On établit le bilan définitif :57 morts et 17 blessés.
Le Fief de Lambrechies deviendra le tombeau de 32 mineurs .Ils dorment à tout jamais côte à côte dans la veine tragique.
Le lendemain 8h.
La direction décide d’arrêter l’exhaure afin de hâter la venue des eaux dans les galeries sinistrées. ¨Par la suite on déversera 500 berlines de terre en provenance du terril voisin.

Les sauveteurs accompliront avec un sang froid magnifique , un courage discipliné que rien n’arrêtera, une tâche à laquelle  on ne rendra jamais assez hommage.

Je remercie chaleureusement ,Monsieur Léon Fourmanoit qui m’a autorisé à reproduire et à résumer quelques pages de son livre( qui est un véritable témoignage).
<<Des luttes… des hommes… et du borinage.
1934. L »année du fief de Lambrechies.
Catastrophe au Fief de Lambrechies.






.
Revenir en haut Aller en bas
Baleine Jean-Claude
Utahraptor nain


Nombre de messages : 1411
Age : 66
Localisation : Neufvilles. Hainaut. Belgique
Date d'inscription : 19/05/2012

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Jeu 3 Déc 2015 - 11:20


La remonte des premiers sauveteurs.

La remonte d'un brûlé

La douloureuse attente

Les funérailles

Chargement des berlines au terril voisin pour le remblayage du puits...

...dans lequel elles seront déversées

Dans la cour du charbonnage ,le dernier charbon extrait.

Page de couverture du livre de Monsieur L Fourmanoit .Des luttes...,des hommes ... du borinage
Merci encore à lui.
A voir ou revoir mon petit reportage sur le charbonnage du Fief de Lambrechies dans patrimoine minier page 2.
Revenir en haut Aller en bas
un ange qui passe
Bivalve evolué


Nombre de messages : 87
Date d'inscription : 31/08/2015

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Jeu 3 Déc 2015 - 12:00

Quelle douleur pour les familles de ces 32 mineurs qui ont du être laissés dans la mine...Comment pouvoir faire son deuil dans ces circonstances Neutral

Revenir en haut Aller en bas
sgl91
Administrateur


Nombre de messages : 721
Age : 34
Localisation : essonne
Date d'inscription : 20/01/2014

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Jeu 3 Déc 2015 - 17:14

Je reste sans voix !!!

Sad
Revenir en haut Aller en bas
christo59
vieux fossile


Nombre de messages : 1014
Age : 57
Localisation : Hainaut, Belgique
Date d'inscription : 23/02/2013

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Jeu 3 Déc 2015 - 21:51

Oufti.
Revenir en haut Aller en bas
Baleine Jean-Claude
Utahraptor nain


Nombre de messages : 1411
Age : 66
Localisation : Neufvilles. Hainaut. Belgique
Date d'inscription : 19/05/2012

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Mer 9 Déc 2015 - 11:45

Un cercle<<devoir de mémoire>> et son président Antonio Sestu travaille pour la préservation du patrimoine minier le cercle perpétue et rend hommage à tous ces mineurs qui ont sacrifié leurs vie ou leur santé pour faire prospérer cette exploitation charbonnière ,clef de voûte ,à un moment donné de l'industrie boraine.
Le cercle <<devoir de mémoire>> a été primé l'an dernier par le <<cercle Royal Borain de Bruxelles>> en recevant le prix borinage.
Ce prix est destiné à mettre en honneur toute personne ou groupe qui apporte une contibution au patrimoine culturel du borinage.
Revenir en haut Aller en bas
Baleine Jean-Claude
Utahraptor nain


Nombre de messages : 1411
Age : 66
Localisation : Neufvilles. Hainaut. Belgique
Date d'inscription : 19/05/2012

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Jeu 31 Mar 2016 - 12:41

Le charbonnage de <<l'Agrappe>> à Frameries le plus meurtrier des charbonnages borains.
Je relatais en page n°1  la catastrophe du 17 avril 1879.
J'évoquerai maintenant, la dernière catastrophe survenue en septembre 1892

Extraits du journal <<La lutte>>.
Jeudi 1er septembre 1892 4h1/2.
Cette fois-ci ce n'est pas une explosion de grisou qui a causé la catastrophe ,c'est un <<volcan>>
c'est - à- dire un dégagement instantané de grisou. Le terrible gaz, enfermé dans des poches intérieures ,brise la paroi lorsque celle-ci ,entamée par le pic des houilleurs ,n'offre  pas une résistance
suffisante; le gaz se répand avec violence dans les chantiers, étouffant les malheureux qui se trouvent sur
le passage du courant.
L'accident a eu des conséquences épouvantables:38 mineurs ont été atteints ,26 ont été tués instantanément; les ouvriers  ont <<avalé du  gaz>>comme on dit chez nous , et sont dangereusement malades.
C'est à l'étage de 610 Mètres ,dans une veine épaisse , que la catastrophe est survenue, vers 9 h 1/2 du matin ,dans un chantier situés à 600 mètres de l'accrochage ou 90 à 100 ouvriers étaient occupés. L'accident fut révélé à ceux qui ne furent pas atteints par un déplacement d'air considérable. Les secours
s'organisèrent immédiatement.
Les sauveteurs se trouvèrent bientôt en face des cadavres, l'éboulement n'ayant pas été considérable, et ils rencontrèrent aussi quelques rescapés qui ,comme ,frappés de folie ,hébétés se trainaient dans le chantier. Un de ces malheureux chantait à pleine voix ,n'ayant  plus aucune conscience de ce qui venait de se produire.
Dans la commune la nouvelle se répand comme une traînée de poudre, une foule affolée ,en un instant envahi la cour du charbonnage.
Les premiers rescapés remontés sont transportés dans le bureau des porions où les docteurs s'empressèrent autour d'eux et leur font des injections <<d'éther>> pour les ranimer. Ces mineurs ,au nombre de 12 ,sont pris de spasmes affreux .L'épouvante est marquée sur leurs traits.
Le lugubre remontée des cadavres commence.
Lorsque les corps arrivent au jour ,ce sont des scènes de désolation indescriptibles. Des mères, des pères ,des enfants se suspendant aux cadavres que des ouvriers portent vers le bureau.
Ils sont déposés dans le grand  bureau. Ils ne sont nullement défigurés, ils ont été surpris par l'asphyxie et sont morts instantanément sans  douleur.
24 corps seront remontés à 2Heures et demies.
Des femmes lavent les cadavres et les enveloppent dans des couvertures. Dans la cour ,des voitures attendent pour transporter les dépouilles au domicile des parents.
Dans le groupe d'ouvriers ,on se raconte silencieusement que la catastrophe eût été bien plus terrible ,si l'aérage n'avait pas été bien conditionné. Le courant de gaz serait sorti par le puits d'extraction et serait venu s'enflammer au jour, pour répandre le désastre dans toutes les parties de la mine ,comme en 1879.
Deus gendarmes gardent la porte vitrée des bureaux et laissent entrer par ordre les malheureux qui, la figure abîmées par la douleur ,viennent reconnaître les dernières victimes, leurs parents, ou leurs amis, déposés sur des literies de paille dans la salle des pas-perdus.
Quatre hommes qui portent sur les épaules un brancard en forme de grand panier en osier fendent difficilement la foule ils viennent chercher les asphyxiés.
A Liénard et L Libert, qui sont étendus côte à côte, semblent se serrer l'un contre l'autre .Leur agonie parait avoir été plus douloureuse que celle des autres victimes enfouies à demi sous la paille. Leurs mains crispées sont ramenées sur leur poitrine .
Parmi les victimes une jeune fille de 17 ans Victoria T. Cette enfant est ensevelie dans le vestiaire des  porions. Sa soeur  qui est couchée sur elle ,l'étreint dans ses bras et la couvre de baisers.
Un mineur, parvenu à s'enfuir du puits fatal, pleure son fils ,un enfant de 16 ans employé à la mine depuis 4 ans.
1 h 55 A Mons
La galerie maudite où 26 personnes ont succombé a été témoin des nombreuses luttes suprêmes que ces malheureux ont soutenues pour se sauver.
Près d'une porte on a relevé les dépouilles de trois mineurs qui paraissaient avoir été frappés au moment où ils voulaient passer tous les trois à la fois. Un gamin est parvenu à sauver un garçonnet comme lui en le tirant derrière lui au moyen de ses bretelles .Le  jeune sauveteur a parcouru ,en rampant ainsi ,un très long trajet.
Quelques rescapés ,qui étaient simplement étourdis, ont été retrouvés sous plusieurs cadavres. Cette hécatombe les a protégés contre l'asphyxie.
Le bourgmestre croit que tous les survivants guériront . La médication employée consiste à faire évacuer les émanations pernicieuses dont leur corps est saturé. Un seul malade cependant a recouvré jusqu'à présent la parole ,les autre gémissent en proie à une grande souffrance.
Le nombre des morts  est de 26 .Il y avait une cinquantaine de mineurs dans la galerie.
La catastrophe remue profondément la région, l'émotion est d'autant plus grande que tout le monde connaît le péril constant que les ouvriers courent dans cette mine particulièrement  grisouteuse.
Les mineurs de L'AGRAPPE défient journellement la mort à laquelle ils viennent de payer un nouveau tribut.
Les dégâts matériels sont nuls .Le charbon abattu dans la journée a été simplement réduit en miette.

C'est pour qu'on garde un souvenir durable  que je transmets  cet extrait du journal la lutte,  pour tous   ces mineurs morts au <<champ d'honneur du travail>>
Revenir en haut Aller en bas
Baleine Jean-Claude
Utahraptor nain


Nombre de messages : 1411
Age : 66
Localisation : Neufvilles. Hainaut. Belgique
Date d'inscription : 19/05/2012

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Jeu 7 Avr 2016 - 18:54



La fosse << l'Agrappe>> avec les pauvres petites chaumières jouxtant le charbonnage.
Revenir en haut Aller en bas
Baleine Jean-Claude
Utahraptor nain


Nombre de messages : 1411
Age : 66
Localisation : Neufvilles. Hainaut. Belgique
Date d'inscription : 19/05/2012

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Lun 5 Sep 2016 - 11:13

Au charbonnage Sainte- Victoire   à la Bouverie (Borinage)
Elle s'appelait Florine Blairon.
Le lundi 16 mai 1836,elle était descendue comme d'habitude à la mine avec son père Joseph Blairon. C'est alors qu'un violent coup d'eau se produit à 225 mètres de profondeur et malgré tous les efforts du personnel en surface ,il fut impossible de les secourir.
Pierre Descamps ,son compagnon de travail et elle avaient 11 ans ,ils étaient les plus jeunes du groupe.
Ils furent 29 à ne plus jamais revoir le jour. C'est seulement 27 ans plus tard que quelques corps furent retrouvés et inhumés. Le coup d'eau  de Ste- Victoire fut le plus important que le Borinage ait connu.


De très jeunes enfants garçons et filles chaussés (un grand mot )de sabots,. Chaque enfant porte sa lampe qui semble un peu trop lourde .... Remarque: les frêles jambes de la petite fille de gauche.
Photos datant de 1890.
Avant la première guerre mondiale ,les femmes et les enfants représentaient plus du quart de la population active dans les mines.
Je vous laisse un triste récit ,le sujet est tout simplement dramatique.
POUR QUE L'ENFANT GRANDISSE....
Un  triste personnage Amédée Burat qui en 1868  exerçait la double fonction de professeur à l'école des Arts et Manufactures de Paris et de secrétaire du comité des houillères de France.
Il disait ceci concernant le travail des enfants à la mine

A 11 ans l'enfant a fait sa première communion , il a tiré de l'instruction primaire tout ce qui peut être utile.
Il sait lire... écrire et compter...N'est-il pas temps pour lui de se consacrer à l'éducation professionnelle et de commencer l'apprentissage de la profession qui doit le nourrir?
A 12 ans l'enfant a épuisé la science de l'instituteur primaire;il en est dégoûté pour toujours. Si on le laisse sans travail ,il vagabondera et se pervertira...
Il poursuivra :<<il n'y a là aucune condition de travail qui puisse nuire à la santé ou au développement des enfants .Bien au contraire ,ce sont des exercices*
qui les fortifient et leur donnent le goût du travail. A mesure qu'il grandit  toute son ambition est d'arriver aux postes les mieux rétribués afin de devenir au plus tôt mineur ,soit au charbon ou au rocher>>

* les exercices consistaient à travailler des heures et des heures dans des galeries basses et pentues ,en tirant des chariots avec une sangle attachée au corps ,ils se servaient des pieds et des mains en se traînant au sol.

En Belgique
La défense des femmes et des enfants dans les mines.

Une loi réglementant le travail des femmes et des enfants ,la nuit, dans les mines, votée par les chambres en décembre 1889,ne sera appliquée que le premier janvier 1892.

1:les enfants ne peuvent être employés à un travail quelconque dans les mines ,avant l'âge de 12 ans!!
2:La durée du temps de travail pour les enfants de 12 à 16 ans ne pourra dépasser 12 heures par jour!!
3:Les femmes ne peuvent plus se livrer aux travaux dans les galeries souterraines. Toutefois ,pendant une période de 4 ans , prenant cours à la date de l'adoption de la loi on peur autoriser l'emploi des femmes et des jeunes filles de plus de 14 ans dans les fosses<<où cet emploi est habituel>>
4:L'interdiction du travail de nuit pour les enfants âgés de moins de 16 ans.

En septembre 1906 une loi interdira le travail de nuit à toutes les femmes ,sans conditions d'âge.
En juin 1921 une loi instituera la journée de 8 heures pour les ouvriers de fond.
Documentations;
Au cœur du charbon de F Groff(éditions Acacia)
Charbonnages en Wallonie de R Dejollier(editions Erasme)
Une photo un jour de 1890
Revenir en haut Aller en bas
sgl91
Administrateur


Nombre de messages : 721
Age : 34
Localisation : essonne
Date d'inscription : 20/01/2014

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Mer 7 Sep 2016 - 10:50

Bien triste tout ça, vraiment d'un autre temps....

Merci pour ce gros travail de rédaction, ils le méritent...
Revenir en haut Aller en bas
christo59
vieux fossile


Nombre de messages : 1014
Age : 57
Localisation : Hainaut, Belgique
Date d'inscription : 23/02/2013

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Mer 7 Sep 2016 - 21:57

toujours aussi émouvant,

Quelle évolution des conditions de travail qui semblent avoir il y a quelques années avoir atteint leur apogée....
Revenir en haut Aller en bas
NASSAU
Coprolithe de térébratule


Nombre de messages : 834
Age : 46
Localisation : SEINE ET MARNE
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Mar 27 Sep 2016 - 13:07

cala donne également l'occasion de penser que dans certaines mines notamment africaines (Tanzanie, Madagascar) et ailleurs dans le monde, cela est toujours d'actualité....
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Aujourd'hui à 11:28

Revenir en haut Aller en bas
 
Catastrophe minière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Marcinelle le site d'une catastrophe minière
» Catastrophe minière
» Catastrophe naturelle à Ittre
» 2010 Prospection minière au Trou du Glaz (38)
» [Tauriac, Michel] La catastrophe - Tome 1: Les années créoles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fossiles et Mineraux :: Pour en savoir plus.... :: Patrimoine minier-
Sauter vers: