AccueilPortailGalerieFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Catastrophe minière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Baleine Jean-Claude
Utahraptor nain


Nombre de messages : 1412
Age : 66
Localisation : Neufvilles. Hainaut. Belgique
Date d'inscription : 19/05/2012

MessageSujet: Catastrophe minière   Mer 16 Jan 2013 - 12:54


Charbonnage de Ferrand dit Longterne Elouges,entité de Dour.
Le site n'existe plus,il est complètement rasé.
Dans ce puits un drame s'est déroulé le 6 mars 1852,il y aura bientôt 161 ans.
Ce jour là le grisou faisait entendre sa voix maudite dans les galeries du puits <Ferrand>.
Depuis 161 ans ,63 mineurs ,hommes ,femmes et enfants dorment de leur dernier sommeil dans les travaux souterrains de la fosse.Ils ont été couchés dans l'éternité au cours d'une horrible catastrophe qui ravagea l'exploitation.Les éboulements bouchant l'unique voie de retraite des survivants,ceux-ci durent connaître la plus atroce des agonies.

Prélude au drame...

Le samedi 6 mars 1852,le trait(le poste) du matin venait de descendre pour la dernière fois dans les galeries de Ferrand.
C'était la dernière journée de travail dans la fosse ,celle-ci devait être arrêtée pour permettre des travaux de modernisation et de sécurité indispensable en ces moments de révolution industrielle.C'était une bonne fosse,l'exploitation se faisait à 312 mètres de profondeur et sétendait sous le village d'Elouges.En effet le front principal d'extraction se trouvait à 700 mètre du puits.Ce puits de diamètre restreint ne permettait que la circulation de deux cuffats attachés à des cordes de chanvre.
A 20 mètres de l'accrochage,dans une galerie abandonnée,l'existence de vieux ouvrages ne manquait pas d'inspirer une certaine inquiètude aux mineurs qui redoutaient une irruption de gaz;une barrière en défendait l'accès.
Toutefois ,il fallait se rendre à l'entrée pour y puiser de l'eau dans un réservoir,eau nécessaire aux chevaux de la mine,c'est là même que se produisit la terrible explosion.

L'imprudence du soigneur de chevaux...

76 mineurs travaillaient dans l'exploitation souterraine;9 étaint occupés à proximité du puits,7 autres se trouvaient dans le bouveau.Il y en avait 60 dans les tailles montantes.Vers 10heures du matin,l'ouvrier chargé de soigner les chevaux était allé puisé de l'eau dans le réservoir situé dans la galerie abandonnée;comme sa lampe ne l'éclairait pas assez,il commit l'imprudence d'ouvrir celle-ci.A peine la flamme fut-elle en contact de l'atmosphère viciée qu'une explosion inouie ébranla la mine ,renversant tout sur son passage.
Le soigneur de chevaux fut projeté contre une paroi et fut horriblement brûlé.Il en réchappa toutefois et sa déposition devant le procureur du roi (tribunal)fut concluante. Ses nombreux compagnons furent moins heureux ,un conducteur de chevaux qui se trouvait à l'accrochage ,fut lancé dans le cuffat et retrouvé accroché dans les chaînes,le face brûlée et tenant encore son fouret à la main.

L'agonie des mineurs emmurés...

Les ravages du grisou furent terribles.Tandis que les 7 mineurs travaillant dans le bouveau échappaient de justesse à la mort et parvenaient à se sauver par des échelles,les hommes de front de taille voyaient leur retraite coupée par un éboulement de 450 mètres de longueur.
Les travaux de sauvetages furent entrepris immédiatement;malgrè les efforts des sauveteurs ,on ne put arracher de la mine les mineurs qui ne cessèrent des jours durant de manifester leur présence par des rappels frappés sur les rails.On travailla ferme,mais hélas,les sauveteurs ne parvinrent pas à aller au delà de 250 mètres.Puis devant les grands dangers ,on dut abandonner...on n'ose à peine imaginer les scènes atroces qui durent se dérouler dans cette galerie devenue un tombeau.
On estima que pendant les premiers jours qui suivirent l'emmurement,les hommes ,sous les ordres d'un porion (contre maître),lui même accompagné de ses deux fils,purent se nourrir de la chair du cheval qui se trouvait avec eux.
63 hommes dorment pour l'éternité au fond de la mine,veillés seulement par leurs pauvres quinquets à la flamme tarie.
Au total sur 76 mineurs qui travaillaient au fond ce samedi 6 mars 1852, 71 trouvèrent la mort.Il y eut 5 rescapés dont un jeune garçon d'une dizaine d'année et le responsable de l'accident le soigneur de chevaux.Celui-ci fut mis au ban de la communauté,il dut quitter la localité,on entendit plus jamais parlé de lui.
On oublia son nom à travers les épreuves que connut encore la population par la suite.*
Parmi les 63 ouvriers qui se trouvaient dans la galerie il y avaient des femmes.
Une jeune fille de 12 ans et son père agé de 34 ans un jeune garçon de 12 ans également et son père de 39 ans.
un grand nombre de victimes n'avait pas 20 ans.

Extrait d'un article paru en 1952.(germinal)

*D'autres catastrophes suivirent octobre 1856 ,16 morts
août 1862, 19 morts
avril 1930, 20morts.
J'ai voulu transmettre ce drame en mémoire de ces nombreux mineurs morts non seulement en Belgique mais dans le monde entier.
Je terminerai en citant ces mots de G Mollet
<<...Le mineur sait que peut- être ,il abrège sa vie soit par l'accident,soit par maladie professionnelle et pourtant il accepte.
Il travaille sans bruit,sans éclat,sans publicité...Devant tant de modestie et de discrétion ,dans toute une profession,on n'ose pas prononcer le nom d'héroisme.Et pourtant,ne serait-il pas mérité?...>>

JiCé
Revenir en haut Aller en bas
Nico
Nautile Asthmatique


Nombre de messages : 972
Age : 32
Localisation : Beez, Namur, Belgique
Date d'inscription : 29/10/2011

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Mer 16 Jan 2013 - 14:06

Merci Jean Claude de nous faire partager cela.
Revenir en haut Aller en bas
adrien ratté
homo forumus


Nombre de messages : 2757
Age : 84
Localisation : Québec, Canada
Date d'inscription : 01/12/2004

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Mer 16 Jan 2013 - 14:19

Evènement très triste et les emmurés ont dû beaucoup souffrir.
Revenir en haut Aller en bas
pyromine87
Tortue volante


Nombre de messages : 121
Age : 70
Localisation : Limousin
Date d'inscription : 12/07/2011

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Mer 16 Jan 2013 - 16:38

Merci Adrien pour cette évocation. Le devoir de mémoire est important afin que tous ces camarades ne soient pas morts pour rien. Cela fait penser a la catastrophe de Courrières où 50 ans après le 10 mars 1906, on dénombra 1099 morts suite à un énorme coup de poussier précédé d'un coup de grisou qui ravagea en quelques secondes 110 kms de galeries communes aux localités de Billy Montigny (fosse n°2), Méricourt (fosse n°3) et Sallaumines (fosse n°4). Sels 13 mineurs seront rescapés. Ce fut la plus grande catastrophe minière en Europe.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pyromin87.blog4ever.com
citrine500
Morue écailleuse


Nombre de messages : 228
Age : 16
Localisation : Quibou
Date d'inscription : 14/10/2012

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Mer 16 Jan 2013 - 18:28

Merci de partager la mémoire des miner qui ont travailler dure. J'avais regardé un film sur les mine ou effectivement un éboulement c'est produis et les mineur enfermés dans la caverne devait boire leur urine et mangé du cheval pour survivre ce qui na pas suffit...
Revenir en haut Aller en bas
canada
Diplodocus


Nombre de messages : 503
Localisation : Biarritz
Date d'inscription : 20/03/2012

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Mer 16 Jan 2013 - 18:49

Bonsoir et merci pour cet impressionnant article.
Je ne dirais jamais assez qu'avant de s'aventurer dans un mine ancienne pour assouvir notre passion commune il est de règle de toujours le faire accompagné,de se séparer pour en cas de problème au moins un puisse avertir,de toujours laisser avant de partir des infos à ses proches sur les lieux que l'on va visiter,de marquer d'une façon quelconque l'entrée de la mine ou l'on se trouve,
de prévoir l’équipement de sécurité nécessaire et des lampes à foison .Quant on réfléchi à la mort qu'on du avoir ces pauvres bougres,on ne peut que prendre nous même d'infinis précautions.
Salutations Canada
Revenir en haut Aller en bas
Iznogoud
calife califié, gouteur de fluo.


Nombre de messages : 947
Age : 53
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 23/10/2012

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Mer 16 Jan 2013 - 20:17

Ces catastrophes arrivent encore de nos jours dans les mines de charbon Chinoises.

Les risques que prennent les mineurs ont été, sont et seront toujours élevés.
Ceci a fait que les mineurs ont développé dès le XVIe siècle une "caisse des mineurs", sorte d'assurance sociale actuelle.
Nous leurs devons donc plus que l’extraction du minerai; un régime d'assurance maladie.
Glück Auf

Bel hommage initié par JiCé
Revenir en haut Aller en bas
yabu
Administrateur


Nombre de messages : 2453
Age : 42
Localisation : 43
Date d'inscription : 21/11/2004

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Jeu 17 Jan 2013 - 1:14

citrine500 a écrit:
Merci de partager la mémoire des miner qui ont travailler dure. J'avais regardé un film sur les mine ou effectivement un éboulement c'est produis et les mineur enfermés dans la caverne devait boire leur urine et mangé du cheval pour survivre ce qui na pas suffit...

Petite remarque au passage, le français correct, c'est valable pour les adultes, mais aussi pour les plus jeunes....
Ne le prends pas mal, mais ça fait quand même un petit paquet de ponts en moins sur une dictée....et en juste 3 lignes.

JC, j'aime bien tes articles sur l'histoire des mines, c'est instructif.
Continue!
A+

___________________________________________________
"Va prendre tes leçons dans la nature"-Léonardo Da Vinci
Revenir en haut Aller en bas
pyromine87
Tortue volante


Nombre de messages : 121
Age : 70
Localisation : Limousin
Date d'inscription : 12/07/2011

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Jeu 17 Jan 2013 - 8:51

Pour répondre à Iznogoud
Tu as entièrement raison concernant la protection sociale des mineurs. C'est un régime qui a instauré sa propre caisse de sécurité sociale. A la création c'était une avancée sociale considérable. Il y a maintenant du fait de la disparition des mines plus de retraités que d'actifs. Qualques affiliés actifs encore dans les quelques centrales à charbon dépendant de CdF. Cette protection sociale tous les gouvernements souhaitent quelle disparaisse pour la faire rentrer dans le rang du régime général. Nous sommes vigilants nous les affiliés et à chaque atteinte nous répondont par nos manifestations mais je crains que ce soit le combat du pot de terre contre le pot de fer. Enfin pour l'instant ils ont d'autre chats à fouetter et nous foutent la paix.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.pyromin87.blog4ever.com
Iznogoud
calife califié, gouteur de fluo.


Nombre de messages : 947
Age : 53
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 23/10/2012

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Jeu 17 Jan 2013 - 9:35

Petit aparté, c'est également le cas des caisses complémentaires que l'état veut voir disparaitre...
Revenir en haut Aller en bas
Baleine Jean-Claude
Utahraptor nain


Nombre de messages : 1412
Age : 66
Localisation : Neufvilles. Hainaut. Belgique
Date d'inscription : 19/05/2012

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Jeu 17 Jan 2013 - 10:38

Merci les amis pour vos gentils commentaires.

Je m'arrêterai sur le problème de la sécurité.
Saint-Exupéry a écrit;<<La grandeur d'un métier est peut-être,avant tout d'unir des hommes ..
La civilisation a fait chacun responsable de tous et tous responsable de chacun.ainsi ,cent mineurs se doivent de risquer leur vie pour le sauvetage d'un seul mineur enseveli.il s'agit du respect de L'HOMME au travers de l'INDIVIDU...>>.
Les dangers de la mine sont divers,éboulements,le gaz grisou,poussières,venue d'eau...

Le premier soin du mineur ,après avoir creusé une petite partie de galerie dans le veine de charbon,est d'assurer la sécurité des lieux en étayant pour empêcher les chutes de blocs de pierre de permettre le passage des autres mineurs avec un maximum de sécurité et aussi le passage du matériel..
Cette opération s'appelle le <<boisage>> le bois a été utilisé pour effectuer ce genre de travail,avant que l'acier avec les cadres métalliques et les étançons ,ne prenne le relais.
Des mineurs m'ont racontés que le bois chantait parfois,signe que le terrain bougeait il fallait alors prendre des précautions (éboulements).

Travail d'artiste,ce soutènement <<anglé>> savante découpe que seuls les mineurs confirmés réalisaient à la perfection.
JICé.
Revenir en haut Aller en bas
Iznogoud
calife califié, gouteur de fluo.


Nombre de messages : 947
Age : 53
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 23/10/2012

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Jeu 17 Jan 2013 - 10:52

J'ai vu un jour une vidéo, ou plutôt un test de successions de photos montrant une galerie boisée d'un secteur abandonné.
Il s'agissait de montrer une série de photo (je ne me rappelle plus du timing) mise en accéléré et montrant l'évolution du boisage lorsque le terrain bouge.
C'est impressionnant car ce mouvement est sur quelques jours, voire des semaines et on voit les bois bouger jusqu'à casser.
Le danger est que c'est imperceptible à notre échelle car le paysage change peu au jour le jour et donc le mineur s'habitue et ne remarque pas le changement.
Je crois que c'est un mineur des Potasse qui m'avait montré ça.
Je me renseigne et si je le trouve je le poste.
A+
Revenir en haut Aller en bas
Baleine Jean-Claude
Utahraptor nain


Nombre de messages : 1412
Age : 66
Localisation : Neufvilles. Hainaut. Belgique
Date d'inscription : 19/05/2012

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Jeu 17 Jan 2013 - 11:06

L'ennemi des mineurs.

Le GRISOU,ce gaz tant redouté des mineurs,il a été bien souvent la cause de nombreuses catastrophes et fait de nombreuses victimes.Ce gaz qui n'est autre que du méthane provenant de la décomposition de végétaux enfuis lors de la formation de la houille.
Le grisou se trouve dans les couches de charbon parfois en grande quantité,il s'infiltre aussi dans les cassures du terrain.
Plus léger que l'air ,il est incolore et inodore,ce mélange facilement à l'air,il peut devenir asphyxiant.Mais ,le principal danger est son inflammabilité.Sa combustion devient explosive quand sa teneur dans l'air ambiant est de 6à 16%

Dans le Borinage certaines fosses étaient plus <<grisouteuses>> que d'autres.

Jadis,le grisou était combattu par <<les pénitents>> prudents et courageux ces hommes vêtus de cuir,parcouraient les galeries avec une mèche allumée au bout d'une longue perche afin d'enflammer les petites accumulations de gaz.
Photo tirée d'une revue Bruits de fond.

Gaziers vérifiant un chantier à l'aide d'un grisoumètre.
Remarque,cette galerie est scintrée de poutrelles en acier qui supportent des billes de bois.
JiCé
Revenir en haut Aller en bas
NASSAU
Coprolithe de térébratule


Nombre de messages : 834
Age : 46
Localisation : SEINE ET MARNE
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Jeu 17 Jan 2013 - 11:12

C'est l'épopée humaine, le courage et la dignité pour peu de reconnaissance;loin du cynisme des requins de la finance
Revenir en haut Aller en bas
Baleine Jean-Claude
Utahraptor nain


Nombre de messages : 1412
Age : 66
Localisation : Neufvilles. Hainaut. Belgique
Date d'inscription : 19/05/2012

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Jeu 17 Jan 2013 - 14:39

un autre ennemi du mineur LES POUSSIERES.

Lors de travaux,creusement de galeries ,de voies diverses ,des poussières se produisent forages de trous de mine,abattage du charbon ainsi que le chargement...mais les poussières se forment en grandes quantités à l'abattage et lorsque le charbon tombe.
Les poussières de schiste et de charbon sont un ennemi sournois pour les mineurs,les fines particules sont les plus dangereuses à deux raisons;
les poussières de charbon peuvent provoquer une explosion,c'est le <<coup de poussière>> aussi mortel que le grisou.Les autres sont responsables d'une terrible maladie la silicose.
Le forage à sec provoque un nuage de poussières.Pour y remedier,un nouveau type de marteau-perforateur était alimenté simultanément par de l'air comprimé et de l'eau.
Dans les tailles il y avait une injection d'eau dans la veine avant l'abattage du charbon ce qui réduisait considérablement la formation de poussières.
Des canons à eau pulverisaient l'eau sous forme de brouillard.Ces rideaux d'eau étaient utilisés sur la matériel de forage,tête de marteau,haveuses...
Les poussières étaient transformées alors en une sorte de boue.
Par la suite il y aura projection de craie sur les parois.
Un nouveau matériau sera utilisé par la suite en remplacement de la craie une <<pâte de sels hygroscopiques >> la durée de vie de cette projection était de plusieurs mois.

Ces divers renseignements sont tirés d'une revue intitullée relais (1990).
Résumé et arrangements par JiCé.

Revenir en haut Aller en bas
Baleine Jean-Claude
Utahraptor nain


Nombre de messages : 1412
Age : 66
Localisation : Neufvilles. Hainaut. Belgique
Date d'inscription : 19/05/2012

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Mer 17 Avr 2013 - 12:16

Le charbonnage de l'AGRAPPE,commune de Frameries (bassin Borain).


Puits n° 2,profondeur maximum 870m.
Ce charbonnage fut le plus meurtrier du Borinage.
Cette fosse était la plus grisouteuse de la région,elle portera le lourd nom de <<LA SINISTRE FOSSE>>
Pas de date précise sur le début de l'exploitation,le charbonnage fermera en 1922.
Je vous relate quelques dates des différentes catastrophes et les nombreuses victimes que ce site a connu.

Déjà en 1758- 8 morts.
Entre 1766 et 1790, 30 coups de grisou!!!
Le 12/01/1864 - 15 morts.
Le 29/07/1874 - 15 morts.
Le 16/12/1875 - 112 morts aux étages 520 et 560.
Le 17/04/1879 - 121 morts (voir récit).
Le 01/09/1892 - 27 morts.

En ce jeudi 17 avril 1879 ,200mineurs travaillent à l'étage 620.
Vers 7 h 30,un important dégagement de grisou se produit.
Les galeries sont rapidement envahies par ce gaz fortement inflammable (composé en grande partie de méthane) il remonte au jour par le puits d'extraction et s'enflamme lorsqu'il entre en contact avec le poêle qui se trouve dans la cabine du préposé à la descente et remontée des cages.
Une violente explosion se produit dans un bruit assourdissant entendu dans le voisinage et dans les villages situés à quelques kilomètres de la tragédie.
Le mécanicien sear projeté au travers du toit et retombera sur celui-ci où son corps brûlera comme une torche,ce drame se déroulera sous les regards horrifiés des collègues en surface ainsi que des habitants du coron proches voisins de la mine impuissants à lui porter secours.
Les cordes reliant les cages flambent et précipitent celles-ci au fond du puits.
D'innombrables explosions se succéderont au plus profond de la mine et ses galeries.
Dans l'après -midi,les premiers secours s'organisent et après avoir construit un châssis de fortune (ressemblant plus à un échafaudage) fait de madriers en chêne,les courageux sauveteurs descendent dans le puits et par miracle raméneront au jour 84 mineurs survivants de l'enfer.
La plupart des mineurs habitaient la commune de Frameries.

Echafaudage réalisé rapidement par les sauveteurs.

La mine avoisinait les modestes habitations ouvrières.

Le charbonnage fut rasé en 1961.
JiCé.
Revenir en haut Aller en bas
NASSAU
Coprolithe de térébratule


Nombre de messages : 834
Age : 46
Localisation : SEINE ET MARNE
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Mer 17 Avr 2013 - 21:02

extrêmement intéressant, merci de non raconter cette épopée, je conserve ces informations
Revenir en haut Aller en bas
Iznogoud
calife califié, gouteur de fluo.


Nombre de messages : 947
Age : 53
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 23/10/2012

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Mer 17 Avr 2013 - 22:54

Merci JiCé,

Lors de la catastrophe de Courrière (1099 morts en 1906), c'est un coup de grisou qui a fait soulever les poussières et les a enflammées. Et c'est le coup de poussier, beaucoup plus dévastateur qu'un coup de grisou qui a fait le plus de dégâts, détruisant ainsi 110km de galeries!
Quand je pense à ce que les mineurs ont du endurer, non seulement ce phénomène, mais également cette épée de Damoclès permanente au dessus de leur tête, ça me fait froid dans le dos...!
Revenir en haut Aller en bas
Baleine Jean-Claude
Utahraptor nain


Nombre de messages : 1412
Age : 66
Localisation : Neufvilles. Hainaut. Belgique
Date d'inscription : 19/05/2012

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Jeu 18 Avr 2013 - 9:45

En préparant ce sujet quelques jours auparavant et en envoyant sans le vouloir celui-ci à la date du 17 avril,il y avait exactement 134 ans...

Dessin de Monsieur Liènard,peintre à La Bouverie (village voisin).
Revenir en haut Aller en bas
Baleine Jean-Claude
Utahraptor nain


Nombre de messages : 1412
Age : 66
Localisation : Neufvilles. Hainaut. Belgique
Date d'inscription : 19/05/2012

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Ven 9 Aoû 2013 - 19:42

LA CATASTROPHE du GAZIER à MARCINELLE.
Terrible accident dont le bilan fut le plus lourd tribut jamais payé  à la mine en Belgique.
Ce jour là ,nous revenions mes parents et moi même de quelques jours de vacances passés dans les Ardennes.
Avant de rentrer à la maison ,nous étions repassés chez des amis de la famille et là, nous avons été informer de cette catastophe   par Raymond mineur souffrant de la silicose et sous respirateur,il était totalement bouleversé .
C'était le 8 août 1956,il y a 57 ans ,j'avais 5 ans et demi ,je me souviens bien de cette journée.

Le puits tragique.

L'accident se produisit vers 8h ,le matin après que 274 mineurs aient gagné leurs postes de travail dans les différents étages de l'exploitation.
POUR UN CHARIOT MAL ENCAGE.
Le drame prit naissance au niveau-975 ,à la suite d'un malentendu entre l'encageur de cet étage et un aide -encageur d'un autre étage ,un chariot fut envoyé par erreur dans la cage.
Bloqué a mi course et dépassant de 35 cm ,le wagonnet fila vers la surface en arrachant une poutrelle .
Tout se passa alors très vite ,la poutre ,lancée comme un bélier endommagea la canalisation d'huile qui alimentait la balance hydraulique de la cage.(l'utilisation de câbles plats conduisait à employer des bobines à l'aide de balances ,celles-ci fonctionnaient à l'huile).

DES CONDITIONS IDEALES POUR UN INCENDIE
La canalisaton d'huile endommagée avait un réservoir situé à 907 mètres.
La poutrelle ,emportée vers le haut par la chariot mal encagé ,détruisit également 2 câbles de 3000volts chacun ,sans compter les fils téléphoniques et une conduite d'air comprimé.
La formation d'arcs électriques au départ des câbles sectionnés mit le feu à l'huile pulvérisée dont la quantité était de 850litres.
L'incendie fut également alimenté par le coffrage en bois ,les solives et le guidonnage eux aussi en bois.
Dans le même temps ,suite au cour-circuit ,les disjoncteurs de surface avaient fonctionné et coupé 2 ventilateurs placés eux aussi en surface,toutefois un plus petit ventilateur* est resté en fonction alimenté par une autre lignes,un courant d'air de 29.6m3 par seconde descendait sur l'incendie...celui était de plus alimenté par l'air comprimé provenant de la rupture de la canalisation qui se trouvait contre la solive.
Un EFFET de CHEMINEE.
Rapidement ,la combustion de ces différentes matières entraîna la production de fumées riches en oxyde de carbone qui furent aspirées aux étages 975et 1035 comme entrée d'air.
Dans le même temps et malgré le courant d'air descendant provoqué dans le puits d'entrée d'air par le ventilateur*,il se produisit un effet de cheminée qui entraîna une remontée des fumées dans ce puits,jusque la surface.Aux étages 907et 765,ce mélange d'air vicié asphyxia les mineurs comme il l'avait fait aux 2 niveaux inférieurs.
LA MORT.
Quelques minutes plus tard ,6 ouvriers de l'étage 1035 réussirent à émerger  à la surface.Ils firent part de la présence de fuméees abondantes et leurs dirent furent immédiatement confirmés par l'arrivée à l'air libre de volutes noires et denses.
La suite on la connaît .Malgré des tentatives aussi nombreuses que risquées ,malgré de véritables actes de bravoure et une moblisation générale ,la mine ne rendit que 7 survivants ,dont 1 décéda peu après,on l'avait dégagé de l'étage 170.
Les 6 autres des miraculés furent récupérés aux niveaux 715 et 765,pour se protéger ils avaient eu la présence d'esprit de retourner des wagonnets sur eux.
Par la suite il fallut près de 2 mois por retrouver la presque totalité des morts .Parmi eux ,19 ne purent jamais être identifiés et 5 corps restèrent introuvables.

*Le fonctionnement du ventilateur s'est prolongé jusque 9h30 'il  a activé l'incendie initial,favorisé la production des fumées a vicié l'air ,a favorisé la propagation de feu et a été un obstacle à la remontée des fumées le long du puits d'entrée d'air vers le jour.

Ils étaient 262.Leurs vêtements sont restés dans la salle aux chaînes.

Résumé d'un article paru en 1984 le journal la province.
Photos nsp/fcleve.
Revenir en haut Aller en bas
Vespasien
Dentalium léger


Nombre de messages : 842
Age : 19
Localisation : Drôme
Date d'inscription : 03/06/2011

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Ven 9 Aoû 2013 - 20:04

Impressionnant......çà vas d'accidents en accidents, ils ont vraiment eux la poisse Neutral 
Revenir en haut Aller en bas
http://bike-tuto.wifeo.com/
Evlard Jacques
Chrysophrys aurata


Nombre de messages : 1736
Age : 60
Localisation : Souvret. Hainaut. Belgique
Date d'inscription : 26/10/2010

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Ven 9 Aoû 2013 - 20:23

JiCé : Gazier ou Cazier (mieux connu sous le nom de Bois du Cazier)?
Revenir en haut Aller en bas
Baleine Jean-Claude
Utahraptor nain


Nombre de messages : 1412
Age : 66
Localisation : Neufvilles. Hainaut. Belgique
Date d'inscription : 19/05/2012

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Ven 9 Aoû 2013 - 20:36

Erreur de frappe de ma part il s'agit bien de CAZIER
Dans cet article on ne parle pas du bois du cazier l'appellation est venue par après ?,je n'en sais rien
Revenir en haut Aller en bas
Baleine Jean-Claude
Utahraptor nain


Nombre de messages : 1412
Age : 66
Localisation : Neufvilles. Hainaut. Belgique
Date d'inscription : 19/05/2012

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Lun 4 Mai 2015 - 9:15


Madame Lheureux, dernière femme mineur de fond.
(ancien document paru dans -notre mine-1951.
J'aime à partager ce récit plein de courage d'une femme mineur de fond qui en plus de son dur labeur a élevé 15 enfants.

Née Elise Fievet,est née à Bruay le 2 novembre 1860.Dès l'âge de 13 ans,elle commença à travailler à la fosse  3 des mines de Ferfay.

Témoignage
<< A cette époque ,raconte notre nonagénaire,on effectuait le raval du puits;je descendais par les échelles.J'étais occupée au fond,dans la même taille que mon père.Un jour,je me suis trouvée restaplée.J'ai bien vu que ça miettait mais je n'ai pas eu le temps de me sauver.Je suis me suis donc trouvée r(a)couverte avec quelques ouvriers.Mais je ne suis pas restée trop  longtemps dans cette mauvaise posture.Trois jours après ;j'étais dégagée par mon père>>
Elle nous signale qu'elle ne fut pas seulement occupée en taille .Elle fut rouleuse,hercheuse et fit aussi coupe à terres.Elle remonta en 1876 lorsqu'il fut interdit aux femmes de descendre au fond.

Elle éleva une famille de 15 enfants dont 9 ont travaillé à la fosse 6 de Lens.
Elle discute de son métier avec un de ses fils pensionné chez qui elle habite.<< Qu'on ne me raconte pas d'histoire ,je sais comment cela se passe>> assure -t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
NASSAU
Coprolithe de térébratule


Nombre de messages : 834
Age : 46
Localisation : SEINE ET MARNE
Date d'inscription : 11/05/2010

MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Lun 4 Mai 2015 - 14:28

merci
tant qu'il y aura des gens pour transmettre ces témoignages, la mémoire et l'histoire resteront vivants.
Tous cela est très important.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Catastrophe minière   Aujourd'hui à 15:40

Revenir en haut Aller en bas
 
Catastrophe minière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Marcinelle le site d'une catastrophe minière
» Catastrophe minière
» Catastrophe naturelle à Ittre
» 2010 Prospection minière au Trou du Glaz (38)
» [Tauriac, Michel] La catastrophe - Tome 1: Les années créoles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fossiles et Mineraux :: Pour en savoir plus.... :: Patrimoine minier-
Sauter vers: